Oh My God That's Funky Shit !

On dit pas niques ta mère, mais pénetres ta maman

mardi 6 novembre 2007

Ya d'la déprime

J'ai lu dans L’amour, si ça veut dire quelque chose de D. Baddiel, un truc du genre "l'inaction est le premier symptôme de la déprime".
Mouais ça c'est bon.
En général quand plus je déprime et plus je cuisine. Vu que j'en suis à allé m'acheter des livres de cuisine, on dire que ça aussi c'est bon.
Si l'on ajoute le fait qu'en ce moment je déteste facilement les gens, j'ai pas envie de parler, pas envie de travailler et que je songe à une réorientation vers un petit boulot merdique à mi-temps; On peut dire sans ce tromper que je suis en pleine déprime.
J'espère qu'aucun membre de ma famille, ni aucun ami(e) proche ne va lire cette note, car je déteste qu'on s'occuper de moi.
De même, si vous pourriez éviter les commentaires du genre "allons faut pas déprimer mon ptit gars" ça m'arrangerai. Merci d'avance.
Je considère la déprime au même niveau qu'une angine ou une gros rhume.
Ca ne viendrai jamais à l'esprit de quelqu'un de dire à un autre "allons faut pas avoir une angine mon ptit gars" ?

C'est évidement pas la première fois, mais je dois reconnaître que cette déprime est d'un genre nouveau. Comme d'habitude je dis à tout le monde que tout va bien, mais en plus je me retiens d'être désagréable. J'entend par là, j'évite de dire à mes amis et proche "fermes ta gueule, lâche moi avec tes conneries, j'en ai rien à foutre!"
Surtout au téléphone.
Je mets des heures à me motiver pour effectuer un mouvement qui aura pour but de faire quelque chose de ma journée. Et à chaque fois je suis lancé, je suis brisé par un coup de téléphone qui me fait redescendre à mon niveau précédent.
Et non seulement il y a pas mal de gens qui m'appelle, mais en plus ça dure souvent assez longtemps. Trop longtemps.
Une amie m'a appris l'existence d'une anpe spécial Europe, pour partir bosser n'importe où...
Et ça me trotte dans la tête.... j'ai bien envie de partir quelques temps sans rien dire à personne. J'ai juste envie d'être seul, que tout le monde m'oublie. Ne rencontrer que des gens qui ne me connaissent pas. Partir avec une simple valise, jeter mon téléphone et oublier internet.

Canaules -> Quissac (30)

Posté par kiff_ta_race à 08:03 PM - Ca arrive - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

  • ouai, ben y a d'la déprime mais les photos sont belles.
    J'aime beaucoup. (celle de la note précédente itou)
    On verra qui écrit preums, oui.

    Posté par fee d'hiver, mercredi 7 novembre 2007 à 11:54 AM
  • merchi

    Posté par kiff ta race, jeudi 8 novembre 2007 à 06:21 PM
  • La déprime a ceci en commun avec un gros rhume : elle est contagieuse.

    Posté par Noisette, lundi 14 janvier 2008 à 06:30 PM
  • Je n'ai pas tout dit dans le premier post. Il me semble avoir été trop simple.

    J'ai encore du mal à concevoir que j'ai pu me tromper, autant. Je n'ai rien vu ou n'ai pas voulu voir. Le simple fait d'imaginer que j'ai pu te faire chier, même une fois, même quelques secondes... Que ce que je pensais être partagé ne l'était pas ou à demi... Bien sûr ce n'était pas qu'avec moi, mais des autres, je m'en fous tout comme toi. Et pourtant je ne devrais plus m'en étonner ça m'est déjà arrivé.

    Je me souvient d'une anecdote d'une ancienne collègue. Elle nous racontait que le jour de la naissance de son fils, son mari lui annonça qu'il avait des envies de mort. C'est un aveu foudroyant à entendre pour une femme. Aurait-elle vécu tout ce temps dans le mensonge ? Le pire c'est que ce mensonge était né.

    Je pensais que le mensonge avait disparu avec ma soeur. Pour la première fois, je me sentais libre. Enfin je pouvais être heureuse ou du moins l'imaginer.
    Mais vouloir être dans le bonheur c'est vivre dans la négation. Nier le mal être des autres, refuser sa propre détresse, oublier les blessures, son instinct, taire l'évidence.
    On dit souvent "courir après le bonheur" alors qu'on devrait dire "fuir le malheur".
    j'ai fui. Adieu Paris, adieu le boulot, les amies, la famille. Et dans tes bras, adieu tristesse.

    Maintenant quand je te lis, tout, tout revient. Le deuil que je n'ai pas fini, la solitude que je ne supporte plus, les erreurs, les doutes. Peut-être que je suis en train de tout détruire, comme toi. Peut-être que ce n'est qu'un rhume et que cela ne dure qu'un tant. "Ce n'est pas si grave au fond." Le fait est que je ne peux plus supporter cet état cependant je ne sais pas vivre autrement. Alors j'apprend à vivre avec comme une maladie incurable dont il faut stabiliser les symptômes pour éviter l'issue fatale.

    Ceci pour dire que tu n'es pas le seul à souffrir. Je ne cherche pas à te soulager, te culpabiliser comme on pourrait dire "Mange. Y en a tellement dans le monde qui crève de faim". Mais pour essayer de rétablir un peu de vérité... et aussi par vanité. Quand on est dans cet état, on n'est finalement comme dans le bonheur : égoïste.

    Encore un mot sur la "bien veillante attitude" des autres.
    Tu ne veux l'aide de personne, ok. Tu ne désires ni voir ni entendre qui que ce soit, ok. Les autres qu'importe, qu'ils se mêlent de leurs affaires, ok. Penses-tu leur éviter de la souffrance ?
    Te rends-tu comptes que nous refuser, c'est nous avouer que nous sommes inutiles.
    INUTILE. A quoi sert alors d'être père, mère, soeurs ? D'aimer ? Refuser à l'autre de donner c'est lui refuser d'exister. Voilà en quoi la déprime est égoïste ainsi que contagieuse.

    Je te laisse ma porte ouverte si tu décides de faire reculer un peu la maladie.

    Posté par Noisette, lundi 14 janvier 2008 à 10:04 PM
  • Le coup de grace

    Je n'ai toujours pas de réponse.
    Je suis incapable d te dire quoique ce soit de vive voix.

    Ici j'ai commencé une première tentative pour communiquer. Ici je finis.

    Tu viens de me dire que tu ne pouvais pour le moment te connecter. Besoin de t'isoler "la tête ailleurs".

    Il n'y a pas si longtemps tu me disais qu'on allait se retrouver. Et puis deux jours après, seulement, la fin.

    Je n'ai jamais vécu tel retournement de situation. Je n'ai jamais été oublié si vite... Balayée. Je peux essayer d'admettre que je n'avais aucune importance mais le silence... Rien. Je n'ai le droit à rien ni désolée, ni va te "faire voir". Rien.
    J'ai attendu, je t'ai envoyé des sos. Pas un mot, pas une seule considération. Je ne suis rien. Ce n'est pas une séparation que tu fais mais une mise à mort.

    Autant tu as été celui qui m'a permit à surmonter de façon légère les dégâts vécus l'été dernier. Autant maintenant, tu es celui qui me plonge dans cette dépression.
    Je revois le sourire de mon ancienne proprio, heureuse de me mettre à la porte, pour rien aussi. Alors qu'à priori on s'entendait bien. Bah, je ne dois pas sentir comme il faut.

    Qu'elle importance, les gens se préoccupent pas des riens, des vilaines choses qui traînent dans les coins. On s'en débarrasse, on les jette et on les oublie si vite : "elle n'a jamais existé cette fille qui rampe".

    Posté par Noisette, mardi 22 janvier 2008 à 08:40 PM
  • Le coup de grace

    Je n'ai toujours pas de réponse.
    Je suis incapable d te dire quoique ce soit de vive voix.

    Ici j'ai commencé une première tentative pour communiquer. Ici je finis.

    Tu viens de me dire que tu ne pouvais pour le moment te connecter. Besoin de t'isoler "la tête ailleurs".

    Il n'y a pas si longtemps tu me disais qu'on allait se retrouver. Et puis deux jours après, seulement, la fin.

    Je n'ai jamais vécu tel retournement de situation. Je n'ai jamais été oublié si vite... Balayée. Je peux essayer d'admettre que je n'avais aucune importance mais le silence... Rien. Je n'ai le droit à rien ni désolée, ni va te "faire voir". Rien.
    J'ai attendu, je t'ai envoyé des sos. Pas un mot, pas une seule considération. Je ne suis rien. Ce n'est pas une séparation que tu fais mais une mise à mort.

    Autant tu as été celui qui m'a permit à surmonter de façon légère les dégâts vécus l'été dernier. Autant maintenant, tu es celui qui me plonge dans cette dépression.
    Je revois le sourire de mon ancienne proprio, heureuse de me mettre à la porte, pour rien aussi. Alors qu'à priori on s'entendait bien. Bah, je ne dois pas sentir comme il faut.

    Qu'elle importance, les gens se préoccupent pas des riens, des vilaines choses qui traînent dans les coins. On s'en débarrasse, on les jette et on les oublie si vite : "elle n'a jamais existé cette fille qui rampe".

    Posté par Noisette, mardi 22 janvier 2008 à 08:45 PM
  • bon...
    j'arrive un peu tard pour répondre à ton message...
    et puis le second faudra m'expliquer qu'es-ce qu'il fait là
    un mail aurait été plus approprié il me semble
    en tout cas j'y répondrai pas ici.

    Pour repondre un peu au premier, je dirai simplement que si je ne veux pour rien au monde de la "bien veillante attitude" des autres, c'est justement pour ne pas à avoir à répondre à ce genre de message...
    "mensonge"? "que tu as pu me faire chier"? "...à demi partagé"?
    mais putain de quoi tu parles là? je comprend vraiment pas
    quand on est déprimé, on est pas authentique c'est ça?
    et puis sans déconner, quand tu me dit: Penses-tu leur éviter de la souffrance ?
    Mais de quoi parle-t-on là??!

    aider quelqu'un qui déprime, c'est pas obligatoirement lui faire une psycanalyse gratuite
    ou lui mettre la pression ou que sais-je encore.
    aider quelqu'un, c'est lui apporter ce dont il a besoin, pas ce dont TOI tu as besoin.

    il n'y a pas de méchanceté, ni sournoiserie... dans ma réponse. Je sais que l'on peut en voir si on veut.
    Juste je comprend pas ce qu'il se passe. J'ai rien fait d'extraordinaire, je suis dans le sud pour en finir avec mon deuxième loyer inutile et tourner une page qui attend depuis trop longtemps d'être tourné. Je dors chez des amis ou ma famille et c'est jamais facile d'aller sur internet.
    Je pensais que c'était facile à comprendre.

    Posté par kiff ta race, jeudi 24 janvier 2008 à 12:21 AM
  • Toute mes confuses. Promis j'arrête de lire Marguerite Yourcenar

    http://livres.fluctuat.net/marguerite-yourcenar/livres/alexis-ou-le-traite-du-vain-combat/

    Posté par Noisette, jeudi 24 janvier 2008 à 11:56 AM
  • ben têtre que je devrais essayer de le lire alors

    Posté par kiff ta race, samedi 26 janvier 2008 à 11:49 PM

Poster un commentaire