Oh My God That's Funky Shit !

On dit pas niques ta mère, mais pénetres ta maman

vendredi 4 juillet 2008

Tout petit déjà…

Quand j'était petit, j'avais une grande spécialité, c'était de me cacher dans l'endroit le plus pourri mais le plus proche, quand il fallait s'enfuir jambes à son coup.
Quand par exemple, on s'amusait à viser des voitures en mouvement, avec des feuilles A4 pliées en 5, tirées à l'arbalète (fabrication maison, merci pépé) et que le conducteur avait la mauvaise idée d'avoir la vitre ouverte, et la mauvaise surprise de prendre tout à coup, comme une décharge dans la gueule. Ou aussi quand on lançait des grappes de raisins sur les arabes en mob, casque au bol qui bossaient aux champs, et que celui-ci avait l'idée saugrenue de se retourner vers nous, pile au moment on lui lançait le raisin à la gueule...

Ca se passait toujours la nuit et ça se terminait pratiquement toujours suivant le même schéma :
- AhAhAh trop bon! On éclatait de rire
- Alerte! Alerte! : on entendait soudain l'arabe faire demi-tour ou le crissement des pneus du conducteur qui venait de comprendre ce qu'il lui était arrivé, en écrasant la pédale de frein.
- Panique à bords ! Sauve qui peut !! Tout mes potes partaient en courant, le plus vite et le plus loin possible.
- Moi, en bonne feignasse de base, je me cachais dans le premier endroit venu. C'est à dire, sans faire plus de deux pas, dans l'ombre minuscule d'un fossé ou dans l'ombre ridicule de l'amorce d'un portail.
- La victime arrivait sur les lieux de l'incident, maudissant sur trois générations mes potes qui couraient au loin, avec une caillasse ou un gros bâton en main.
- Caché à moins de  deux mètres, j'observais notre victime, sans respirer, contenant ma sueur, la trouille au ventre car je savais que si jamais il m'attrapait (en tendant le bras!), j'étais bon pour un tabassage dans les règles de l'art…
Et il n'avait qu'à regarder dans ma direction pour me voir ! Mais pour ça il lui fallait imaginer que quelqu'un puisse être assez con pour allait se cacher dans un endroit aussi merdique. Ce qui était complètement inconcevable, et donc j'ai jamais été pris.

On peut vraiment pas dire que ça m'amusait, bien au contraire je me haïssait d'être aussi teubé.
Pourtant à chaque fois, malgré moi, c'est toujours ma flemme qui a pris le dessus.
Par contre j'oublierai jamais ces visages fou de rage, prêt à étriper, ni le bruit de mon coeur pendant ces instants où mon avenir très proche pouvait basculer à tout moment.

Smoking

Posté par kiff_ta_race à 01:49 PM - Une Histoire - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

  • tu t'es jamais fait piquer à cause de tes battements de coeur? moi non plus remarques, et pourtant à chaque fois je croyais que c'était ça qui allait me démasquer. Du coup j'ai toujours eu horreur des jeux genre de cache cache. Pourtant dans ton cas, c'était manifestement le plus stratégique! pas de coup de bâton, pas de gadin...

    Posté par fee d'hiver, jeudi 10 juillet 2008 à 08:40 PM
  • quand j'y repense je comprend pas comme ils ne m'ont pas vu..!

    Posté par kiff ta race, jeudi 10 juillet 2008 à 08:43 PM
  • c'est le plus évident et sous nos yeux qu'on voit en dernier, toujours...

    Posté par fee d'hiver, samedi 19 juillet 2008 à 06:35 PM
  • comme les clefs de la bagnole...

    Posté par Kiff ta race, dimanche 7 septembre 2008 à 08:35 PM

Poster un commentaire